Krump : origines, philosophie et regard sur son évolution

Krump : Définition d’un mouvement qui fascine

Le krump est un courant du hip hop, officiant le plus généralement sous forme de battle (combat de danseurs). Depuis peu, il s’installe sur scène grâce à des chorégraphes qui arrivent à mettre en avant sa gestuelle singulière et très primitive. Sorti des ghettos de Los Angeles en 2000, le krump va aujourd’hui jusqu’à éblouir un public de danse très intellectuel. Focus sur ce phénomène qui commence tout juste à faire parler de lui.

A première vue, que penser ?

Violent, brutal, exalté ? … La réalité est bien plus subtile.

Extrait de l’International Illest Battle 100% Krump, organisée au WIP Villette en 2013 – 32″ – (vidéo complète)

Skin 1
Idée Cadeau
Découvrez nos Dancin'Box, des coffrets cadeaux pour offrir des cours de danse.

K.R.U.M.P. : mais qu’est ce que ça peut bien vouloir dire ?

Kump est l’acronyme de Kingdom Radically Uplifted Myghty Praise.

Pas un ne s’accorde sur la traduction française. Voici une des versions : Elévation du royaume par le puissant éloge.

Une dimension spirituelle

Les deux créateurs du krump, Tight Eyez et Big Mijo considèrent cette danse comme un don de Dieu. La pratiquer serait synonyme de louange et un formidable moyen de se sentir connecté au divin. Les krumpers prêtent à ce royaume une grande adoration et s’attachent à soigneusement le préserver.

Au commencement était un clown

Tomy le clown, entouré d'enfants, dans un battle de krump

Un clown qui venait faire rire les enfants alors que leurs quartiers étaient ravagés par la violence.

Sur fonds de violences, trafics de drogues, guerres de gangs, et émeutes raciales de 1992 à Los Angeles, Thomas Jonhson décide de se créer un personnage de clown, appelé Tommy le Clown, pour animer les goûter d’anniversaire des enfants de son ghetto. Il se maquille le visage et invente une danse que les enfants s’empressent d’imiter : le clown dancing. En grandissant, certains de ces enfants évoluent vers une nouvelle forme d’expression : le krump, qui leur permet, autant que le clown dancing, de canaliser leur colère.

Un royaume organisé et hiérarchisé

Extrait du spectacle de krump : l'Eloge d'un puissant Royaume, d'Heddy Maalem

© DR / Eloge d’un puissant Royaume, d’Heddy Maalem

Le royaume est organisé en familles, et oeuvre selon des règles bien précises, dont celle du respect mutuel.

Faire partie du royaume des krumpers se mérite. Il faut être coopté par un « père », qui agit avec approbation de l’ensemble des membres de la famille, bien souvent, suite à des battles sans merci. Vient ensuite la formation et l’éducation pour devenir soi même un « père » en droit de coopter. Les familles se composent de membres de toutes origines et sexes, même si les femmes restent en minorité.

Comme dans les vraies familles, les fistons portent les noms de ceux qui les nourrissent d’idées et de formes gestuelles.

La famille française la plus connue et précurseuse du mouvement dans notre pays est la Madrootz Family. Elle est composée de membres éminents tels que Tiger et Grichka. Grichka, aussi appelé Monsta NY Madness, tient son alias de sa première « famille » américaine. Il a été repéré par Tight Eyez, alias NY Madness, un des deux créateurs du mouvement, qui l’a formé pendant 4 ans.

Grichka : il s’est illustré avec sa soeur Tatiana Seguin (talentueuse danseuse contemporaine) lors de l’émission La Meilleure Danse, diffusée sur M6 en 2012 – extrait vidéo – 39″ (source : Grichka C la Hype 2012)

Une danse non violente

Le krump se veut un courant non violent. La gestuelle, d’apparence brutale, fait en réalité office d’exutoire à toute souffrance, agressivité ou peine intériorisées. Les danseurs expriment par leurs gestes ce qu’ils sont incapables d’exprimer par des mots. Leurs émotions, et parfois leurs histoires personnelles bien enfouies, ressurgissent au grand jour. Les plus grandes obscurités sont susceptibles d’être expulsées dans un élan libérateur. D’où les cris et les états de transe qui ne se font pas rares. Le krump canalise la violence, transformant l’énergie négative en énergie positive. Sur le ring du battle, il n’y aucun désir de nuire ni d’être méchant envers son adversaire. Au contraire, le défier revient à l’amener à se surpasser.

Une gestuelle codifiée

Grilla Step en battle krump à Hanoi

Le krump codifie de plus en plus sa gestuelle

Le krump a ses règles et sa gestuelle est codifiée :

  • les stomp : tapement des jambes contre le sol tels des tambours. Ce n’est pas sans rappeler les danses tribales africaines, très ancrées dans le sol.
  • les arm swing : mouvements des bras, comme si les danseurs lançaient des projectiles ou se battaient comme des boxeurs.
  • le chest pop : la poitrine qui paraît convulser avec des mouvements vers le haut, tel du pop corn.
  • les expressions du visage : ouvrir la bouche, crier, tirer la langue, lancer des regards menaçants…sont autant de mimiques destinées à intimider son adversaire.

La création de personnages

A l’intérieur du ring, ils sont comme possédés. A la lumière du jour, ces danseurs enragés retrouvent sourire et humanité. Tout n’est que jeu. A chacun de se créer sa ou ses personnalités, en s’inspirant d’animaux, de personnages de films d’horreur ou de jeux vidéos. L’un va être nommé Tiger en raison de sa gestuelle bestiale, l’autre Bijuu en référence à un monstre des mangas japonais. La gestuelle est savamment travaillée dans le respect du personnage créé et à chacun de cultiver sa différence.

Tiger des Madrootz comparé à un tigre

Jugez la ressemblance / Tiger des Madrootz photographié par Little Shao… et un tigre anonyme

Pourquoi le krump est-il fascinant ?

Nous avons posé la question à Rebecca Bouillou, chef adjointe à la programmation du festival Hautes Tensions et du WIP Villette. En 2013, elle assiste à la première Battle Krump en France, organisée au sein du WIP, et pour elle, c’est un flash, une découverte. Elle a l’intuition qu’il ne faut pas passer à côté de ce mouvement : « C’est un éclatement de contenu, une énergie primitive, originelle. On sent une urgence qu’on a perdue dans d’autres formes de danse. Les personnages sont créés de toutes pièces. Ce qu’ils dégagent d’eux mêmes sur scène est tellement différent de leur propre personnalité. Il y a une schizophrénie passionnante ».

Elle évoque son « expérience » de battle comme l’entrée dans un univers sonore bruyant mais enivrant, le sentiment d’appartenir à une communauté de danseurs qui font communion. Le cercle autour duquel les danseurs se réunissent s’apparente pour Rebecca à « un poumon qui bat et qui vibre« .

Nous comprenons alors combien le krump fait résonner en nous cette énergie primitive, ce mouvement libéré de toute convenance, qui ici, est applaudi et encouragé. Il nous rapproche de nos propres blocages et de cette envie de délivrance. Rebecca parle d’une catharsis.

Danseuse de krump à l'International illest battle

Principe d’une catharsis : pousser une personne dans un état de crise pour exprimer des émotions réprimées par le subconscient / ©Little Shao / International Illest Battle 2013

Nous vient alors cette autre question :

Mettre en scène le krump ne va-t-il pas le pervertir ?

Rebecca a le sentiment qu’au contraire, le krump ne doit pas rester enfermer : « Le krump repose sur des valeurs fondatrices et des croyances qui lui permettront très certainement de se préserver au-delà de l’aspect chorégraphique« . Elle prend l’exemple du hip hop et montre combien le mouvement a gagné en reconnaissance depuis que le public sait l’accueillir sur scène : « Cela a permis une nouvelle énergie et une réelle émergence ». Les artistes en profitent également pour se professionnaliser et gagner leur vie avec leur art.

Où et quand voir du krump en battle ?

  • Tous les ans, en avril, dans le cadre du festival Hautes Tensions de la Villette, un battle 100% Krump est organisé et met en compétition des danseurs de toute la planète. C’est un évènement à vivre pour son ambiance à la fois spectaculaire et rassemblant le public autour d’une puissante énergie.
  • Les Madrootz organisent tout au long de l’année des battles et tiennent au courant des différents évènements. Suivez leur page FB pour être informé.
  • Le krump s’invite de plus en plus dans les battle hip hop. Vous pouvez suivre sur ce site l’agenda des battles hip hop en France.

Le krump sur scène

  • La Compagnie Heddy Maalem a mis en scène le Krump dans son spectacle : Eloge d’un Puissant Royaume. Actuellement en tournée. Suivre les dates de la Compagnie. 
  • Krump’n’Break Release est une pièce/documentaire tout juste remarquée aux Hivernales d’Avignon 2014, créée par Malgven Gerbes et David Brandstätter. Voici un article sur Danser Canal Historique qui vous en dira plus.

Apprendre à danser le krump 

  • Les cours de krump se font encore trop rares. La plupart des danseurs apprennent via des tutoriels sur Internet, ou en allant se confronter dans des battles informels, comme il s’en organise à la Défense. C’est aussi le moyen de connaître les membres des familles, et pourquoi pas, se faire intégrer pour être formé plus assidument aux mouvements et valeurs de cette danse.
  • Des stages ou workshops de krump peuvent avoir lieu à certaines occasions. Pour être au courant, suivez le site de Grichka, danseur, chorégraphe et professeur.

Pour finir

Nous nous quittons sur un extrait du film Rize, réalisé par David LaChapelle qui, le premier, a mis en avant le krump au grand écran :

Remerciements :

Nous remercions chaleureusement Rebecca Bouillou, Sylvie Cadenat et Rémi Amuah-Carpentier du Parc de la Villette pour avoir répondu à nos questions et nous avoir offert de belles sources d’inspirations pour cet article.

Sources : 

  • « Krump et Krumpers« , emission de France Culture, en partenariat avec Libération, diffusée le 15/05/2013
  • Battle en cascades au royaume du Krump, article de Libération annonçant le Battle 2013 organisé au WIP Villette, écrit par Marie-Christine Vernay, paru le 03/05/2013
  • Krump, guerre des chorés, article de Libération réalisé à l’issue du Battle 2013, écrit par Marie-Christine Vernay, paru le 14/05/2013
  • K.R.U.M.P., un reportage vidéo de Constance Decorde, qui suit le danseur Prince Kemi et reporte ses propos sur les principes du krump et la création de ses différents personnages.
  • Le Krump sur Wikipédia
  • Entre autres : un très bel article sur le krump et la pièce Eloge d’un puissant royaume d’Heddy Maalem sur marronages.com
  • Le site des FB

Tags: ,

À propos de l'auteur

ESTELLE - Créatrice de projets originaux, à la plume bien pendue, je laisse les traces de ce que j'aime sur le web. Retrouvez-moi dans les autres parties de ma vie : Google +, Twitter ou Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top